Montréal 2017

Cecilia String Quartet takes Banff Competition

They knew it would be a high note, but they didn’t imagine how high. As first violinist Min-Jeong Koh of the Cecilia String Quartet put it, “We made history.”

The last time a Canadian quartet triumphed at the Banff International String Quartet Competition (BISQC) was in 1992 when the St.Lawrence String Quartet won, propelling them to international recognition. Last month, eight Canadians took home top prizes at the 2010 Competition: the Cecilia won first place and the Afiara String Quartet came in second.

“I didn’t think we would win BISQC,” said Koh, who is married to the Afiara’s cellist, Adrian Fung. “I was just thrilled to be at the competition.”The Cecilia quartet, which takes its name from St. Cecilia, the patron saint of music, was founded in 2004 by violinist Sarah Nematallah and cellist Rebecca Wenham at the University of Toronto. Koh and violist Caitlin Boyle make up the other half of this all-female ensemble.

“When we played together, we felt something special happening and audiences seemed to respond to us. It was then that we decided to see how far we could take it,” Nematallah said. “It was scary, but it was a wonderful period of growth and learning in all of our lives.” Just days after their big win in Banff though, the Cecilia announced Wenham was leaving the group for California and being replaced by Canadian cellist Rachel Desoer, whom the girls said they already knew by reputation.

“The timing of Rebecca’s leaving was unfortunate…although her decision came at a difficult moment, the four of us have been working towards BISQC for years,” Nematallah said. “It made the whole experience that much more emotionally intense. It was a bittersweet win.” While making sacrifices for the quartet was “mostly worth it,” Wenham said life had begun pulling her in different directions.

“Playing string quartets is about the best thing you can do as a musician,” she said. “But it does come with complications unique to the genre. As a young quartet you never fully unpack your suitcase; when you get home from touring, you start packing again because you are moving to a new city, a new residency.” So after six years of rehearsing six hours a day in her living room “with nothing more than some hope and lots of snacks from Rosie Robin’s,” Wenham decided it was time to move on.

“Now I think I’ll do some yoga, eat some Mexican food and be in love,” she said. “And maybe I’ll unpack.” The winning group banks $25,000 and a coveted concert tour at BISQC and Shiffman, who last month joined Toronto’s Royal Conservatory of Music as associate dean of its Glenn Gould School, where the Cecilia was recently appointed resident quartet fellows, said the Cecilia and the Afiara are two of the greatest quartets to have emerged from Canada in a long time.

“This is by no means a fluke. It’s a huge recognition of the significant commitment this country has made in chamber music,” he said. “It was emotional to see them take the stage with no apologies. The juries cried—they went through three boxes of Kleenex. The levels of the top groups were quite close (with Quatuor Zaide from France in third place), but it was not a contentious vote at all.” André Roy heard every note played at the competition.

Despite some bias—he coached the Cecilia at McGill University for the last two years—he said it was the group’s willingness to adapt to changes and let go of ego that made them a winning team. “The pressure was big. It’s like going to the Vancouver Olympics and playing in front of your own crowd,” Roy said. “I had the feeling the extra pressure made them come together more as a group.” As for the new girl who has to fill Wenham’s shoes, “I’m not feeling (the pressure) too much at the moment, because I have too much work and I’m having so much fun doing it,” said Desoer, who studied with many of the same teachers as her new colleagues.

Asked what change Desoer has brought to the quartet aside from a new mix of musical énergies and ideas, “Different hair colour?” Nematallah said. “I’m still the shortest girl, so no change!” added Koh.

“The idea was simply to bring different quartets from around the world together,” said academy director André Roy. “In the world of string quartets, you learn a lot from one another and from other groups. So I wanted to bring them together in a non competitive environment.”

Roy, who has been teaching viola, chamber music and orchestral studies at McGill since 1988, put together the academy, complete with seven concerts and eight masterclasses, in three months. For the first year, they invited the four abovementioned quartets, four distinguished professors (violinist Walter Levin, violinist Gerhard Schulz, cellist, Philip De Groote and violist Volker Jacobsen), and four up-and-coming junior quartets (Duchow, St-Urbain, Flambeau and Fidelio).

The Taiwanese-American Formosa String Quartet, winner of the first prize and the Amadeus prize at the 10th London International String Quartet Competition in 2006, kicked off the festivity with a gala opening concert in Pollack Hall. “To play at a great hall in front of 500 people two weeks before the (Banff) competition—all of the groups benefited from the academy,” Roy said. “It’s a big step up from the academy to the compétition”.

(photo: Cecilia String Quartet with Professor, coach André Roy)

L.H. Tiffany Hsieh / La Scena Musicale

Read more

The First-ever McGill International String Quartet Academy

Academy launched during the summer at the university’s Schulich School of Music Aug. 15-26. This was where Canada’s Cecilia String Quartet, along with Germany’s Asasello, France’s Noga and United States’ Peresson quartets, finetuned their repertoire going into the 2010 Banff International String Quartet Competition.

(photo : André Roy, Director)

L.H. Tiffany Hsieh / La Scena Musicale

Read more

Les Quatuors de McGill : Peresson et Noga: ex æquo.

Les deux quatuors avaient partagé le concert de vendredi dernier, mais la prestation du Noga avait alors été la meilleure. Hier soir, l'auditeur avait l'embarras du choix. Ces deux jeunes quatuors de très haut niveau se révèlent même supérieurs à ce qu'on entend parfois, en saison et sous des noms prestigieux, à l'une ou l'autre de nos deux sociétés de musique de chambre.

Le Peresson (qui place son violoncelle derrière son premier-violon) joue d'abord un Haydn peu fréquenté, le dernier des six Quatuors op. 50, qu'il articule avec grand art. Le premier-violon a ici la part du lion et Nigel Armstrong se révèle un leader comme tous les quatuors rêvent d'en avoir. Ses trilles de l'Adagio ne sont pas absolument parfaits au premier énoncé? À la reprise du passage, ils le seront!

Le déroulement de l'oeuvre entière est un miracle de synchronisation et la vitesse inhabituelle du finale en souligne l'indication con spirito.
Le Mendelssohn qui suit est le sixième et dernier quatuor du compositeur. La brochure indique «op. 80 no 6». Erreur. Cela laisse entendre qu'il y a chez Mendelssohn, comme chez Haydn, six quatuors dans cet opus, alors que l'op. 80 compte un seul quatuor. La mort plane sur ce produit de la toute dernière année du compositeur et le Peresson rend bien cette angoisse.

Le Noga - français mais fixé à Berlin - ouvre sa moitié de programme avec les Fünf Sätze - Cinq Mouvements - op. 5 de Webern. Ces quelque 10 minutes de très fines recherches sonores tiennent en 10 pages fourmillant de notes et d'indications de toutes sortes. En fait, il faut un dictionnaire allemand pour jouer cette musique!

La lecture du Noga est fidèle à tout ce que prescrit le compositeur. Cette exactitude constitue sans doute une interprétation valable de cette musique qui, un siècle après sa conception, reste bien rébarbative. On revient ensuite à Beethoven et aux Razoumovsky de l'op. 59. La veille, on avait entendu le premier; cette fois, c'est le deuxième. Là encore, les quatre participants se révèlent de force égale et, comme un grand interprète devant son instrument, traduisent avec une même pensée, une même émotion et un même geste la grandeur de l'univers beethovénien.

(photo : Noga String Quartet, France)

Claude Gingras
/ La Presse

Read more

Académie Internationale de Quatuor à cordes de McGill.

Après avoir été empêché par diverses activités et le beau temps, j'ai réussi à assister au dernier concert des "chambristes résidents" de la nouvelle Académie Internationale de Quatuor à cordes de McGill (MISQA). Ma première impression?

Holy phoque!

À vrai dire, j'ai surtout adoré la 2e pièce (quatuor à cordes op. 80 no. 6 de Mendelssohn) du quatuor américain Peresson, sans cependant trop savoir si c'est la pièce ou les interprètes qui influencent ma préférence. Remarquez, leur première pièce (quatuor op. 50 no. 6 de Haydn) était également excellente, mais j'ai une préférence naturelle pour l'aspect dramatique et furieux du Mendelssohn (romantique vs classique, également). Pourtant, le groupe me semble inégal. Alors que le premier violon et le violoncelle sont très solides (pour ne pas dire écœurants), le 2e violon et l'alto semblaient être plus en arrière-plan. On les entendait peu, sauf quand le 2e violon avait des problèmes de justesse.

Le 2e quatuor, Noga (France), était techniquement meilleur et beaucoup plus équilibré. Clairement, chaque instrument avait son importance dans les 2 pièces jouées (Cinq mouvements pour Quatuor à corde op. 5 de Webern, une pièce contemporaine; Quatuor op. 59 no. 2 de Beethoven). De plus, il y a eu, à mon oreille, moins d'erreurs qu'avec Peresson. Cependant, à moins que ce soit les pièces qui m'aient moins impressionnées, ce quatuor était moins… je sais pas. Charismatique? Bref, il manquait un côté viscéral à leur interprétation, comparativement à (le 1er violon et le violoncelle de) Peresson. Si le Webern a pu facilement capter mon attention, j'ai trouvé le Beethoven, sans être mauvais, un peu ennuyant.

Chose certaine, je dois me mettre à écouter du Mendelssohn. Et retourner à cette Académie l'an prochain, en espérant que ce soit encore gratuit (sinon, je paierai pour y aller).

Jonathan Blanchet / Voir

Read more

Les Quatuors de McGill : Asasello d'abord, Cecilia ensuite.

Hier soir à Pollack, l'auditoire avait sensiblement augmenté pour le retour des Quatuors Asasello, d'Allemagne, et Cecilia, du Canada. Le nom de Beethoven, qui monopolisait le programme, n'est certainement pas étranger à ce parterre un peu plus fourni.

Le Asasello, c'est d'abord le spectacle plutôt amusant d'un colosse et trois marmots. Le colosse est au violoncelle et il occupe héroïquement toute la place que Beethoven donne à cet instrument dans le premier des trois Quatuors Razoumovsky, op. 59, et ce, au tout début de trois des quatre mouvements.

Toute la place, oui, mais jamais plus. L'équilibre des quatre voix est toujours respecté. Ainsi, dans le Scherzando (deuxième mouvement), les jeunes musiciens recréent, comme peu savent le faire, le vaste développement ayant pour point de départ le petit thème rythmique que le violoncelle a d'abord énoncé sur une seule note.Le Asasello prend le premier mouvement trop vite cependant. Cet Allegro n'est pas assorti d'un «molto».

Mais l'indication «mesto» (c'est-à-dire «triste») au troisième mouvement est bien traduite, d'abord par le premier-violon, ensuite par les autres, et le finale au fameux Thème russe (en français dans la partition) trouve les quatre archets engagés dans une conversation extrêmement animée où le contrepoint reste toujours bien en relief.

Le programme imprimé omettait le titre Thème russe et indiquait Presto pour ce mouvement. Il s'agit d'un simple Allegro. L'indication Presto ne s'applique qu'aux neuf dernières mesures. Bref, un grand quatuor. Asasello est un nom curieux et difficile à retenir, mais on le réentendra certainement.

La scène est ensuite envahie par les jeunes Canadiennes du Quatuor Cecilia, toutes habillées de rouge vif. De Beethoven, elles ont choisi l'op. 127 qui, composé près de 20 ans après l'op. 59, ouvre la monumentale série des Derniers Quatuors.

Le choix était un peu téméraire. En soi, le Cecilia est une formation très respectable, mais son Beethoven paraît un peu faible dans ce contexte où il suit de trop près celui, magistral, de l'ensemble allemand. Les musiciennes s'appliquent - et parviennent - à rendre le mystère qui enveloppe les six variations de l'Adagio. Mais le premier-violon a connu de légers problèmes de justesse au finale, où de surcroît une certaine fatigue avait gagné les participantes.

(photo : Cecilia String Quartet, Canada)

Claude Gingras
/ La Presse

Read more

L'Académie de quatuors: avec grande discrétion.

Montée par le professeur et altiste André Roy et généreusement financée par la mécène Constance V. Pathy, la nouvelle Académie internationale de Quatuors à cordes de McGill s'est ouverte dimanche dernier et se poursuivra jusqu'à jeudi prochain avec, comme depuis le début, une programmation quotidienne de concerts ouverts à tous gratuitement et de master-classes publiques et privées.

Les master-classes sont données par des membres de quatuors réputés : LaSalle, Alban-Berg, Chilingirian, Artemis. Les jeunes quatuors participant à l'Académie débutent dans la carrière et sont peu connus. Ce qui explique sans doute le faible auditoire d'hier soir.

Il faut dire aussi que la nouvelle initiative a été annoncée tout récemment... et avec une discrétion difficile à comprendre. Dommage. On consacre à l'opération un nombre considérable d'heures et beaucoup d'argent; on oublie simplement d'en informer adéquatement le public.

Le programme d'hier soir était partagé entre le Quatuor Noga, de France, et le Quatuor Peresson, des États-Unis, qui tous deux participeront au prestigieux Concours international de Banff, qui débute le 30 août.

Premier entendu, le Noga révèle, après seulement deux ans d'existence, une vraie personnalité de quatuor où les quatre voix, pourtant bien distinctes, se confondent miraculeusement en une sorte de voix unique. On ne parle plus de quatre musiciens et de quatre instruments, mais d'une seule pensée et d'une seule sonorité. Ce parfait fondu est idéal pour le rare et moderne Quatuor op. 20 no 2 de Haydn, aux audacieux unissons cumulatifs et à l'étonnante fugue finale à quatre sujets.

Le Noga fait ensuite un saut de 150 ans et confère au premier Quatuor de Janacek le maximum de tension, que soulignent des «sul ponticello» terrifiants. L'oeuvre emprunte son sous-titre de Sonate à Kreutzer au roman de Tolstoï qui l'a inspirée et dans lequel une femme est tuée par le mari qu'elle trompait avec un violoniste, interprète de la Kreutzer de Beethoven, bien sûr.

Contraste total pour l'oeil : après le Noga en vêtements de tous les jours, voici le Peresson en grande tenue de concert. La position très inhabituelle du violoncelliste, derrière le premier-violon, est la seule chose qui distingue le quatuor américain, formé l'an dernier, d'une foule d'autres.

Pour l'ensemble : du travail propre, avec de la justesse et une bonne sonorité, mais rien de plus. Le Langsamer Satz (ou «Mouvement lent»), d'un Webern de 22 ans et encore tonal, est rendu avec une certaine expression, mais le rare et sympathique (et unique) Quatuor de Verdi, au premier mouvement pris trop vite, passe presque inaperçu.

(photo: Asasello String Quartet, Germany)

Claude Gingras
/ La Presse

Read more

Formosa Quartet

The most retrograde of classical ensembles by appearances, the string quartet is a vibrant 21st-century phenomenon, to judge by the inauguration of the McGill International String Quartet Academy on Sunday night by the Formosa Quartet.

This 7-year-old made-in-Taiwan ensemble exhibited a full quota of traditional virtues in Pollack Hall. Intonation was superb, rhythmic coordination was spot-on. Individual sonorities were balanced rather than blended, exposing the splendidly interior of Debussy's String Quartet. Violist Che-Yen Chen was a remarkably smooth contributor to the Andantino movement. Cellist Ru-Pei Yeh supplied a steady foundation.

Like many young quartets, the Formosa toggles violinists between first and second chairs-a debatable trend, although there was some logic in assigning the songful top line of Dvorak's Op.61 to bright-toned Jasmine Lin rather than Stefan Milenkovich (who played first in Debussy, darkly). Again, the slow movement was remarkable for sustained tenderness, and if the first movement was over-refined-Dvorak a la Debussy-the folk inspiration of the finale was not neglected.

From Taiwan came Shih-Hui Chen's Mei-Hua, a three-movement synthesis of European harmonics and Asian glissandi that got off the page only in the peaceable and lyrical first movement.

The public concerts, which are free, resume Thursday in Pollack Hall.

(Photo : Formosa String Quartet, USA/Taiwan)

Arthur Kaptainis / The Gazette

Read more